OnTheBall

Sur le terrain – Le processus de cueillette des balles

C’est maintenant un rituel : avec la saison des tournois de tennis s’amorce le Défi sans bruit (On the ball en Ontario)! Et pour la 9e édition de l’événement au Québec et sa 4e en Ontario, les clubs de tennis partenaires s’activent! Interrogés à savoir pourquoi ils ont tenu à s’impliquer auprès du Défi, trois d’entre eux nous parlent de leur expérience « sur le terrain ».

« Nous adorons le fait de pouvoir redonner à la communauté!, lance Jeff Lander, propriétaire de Tennis Central, un club d’Unionville en Ontario. Et honnêtement, plusieurs clients nous demandent souvent quoi faire de leurs balles désuètes. »

À preuve, son club détient le record du plus grand nombre de balles remises en une année, avec quelque 55 000 balles, dépassant les bornes de récupération installées sur les sites de la Coupe Rogers à Montréal et à Toronto. « Nous en sommes vraiment fiers! », dit-il.

Même son de cloche du côté de Tennis Centre West Ottawa. « Le Défi sans bruit répond clairement à un besoin dans la communauté, en plus de promouvoir le développement durable et d’encourager les dons de balles partout dans la région d’Ottawa », croit Sarah Labonte, représentante du club.

 

Les clubs de tennis : les acteurs de ce succès

En offrant un endroit pour déposer les balles désuètes des joueurs de tennis, les clubs collectent les balles à la source, celles-ci ayant une durée de vie plutôt limitée.

« Chez les professionnels et les semi-professionnels, on peut constater une baisse de maintien de la pression après seulement trois échanges, explique Solange Grimard, gestionnaire d’événements terrain chez Vibrant Marketing. Chez les amateurs, c’est après une dizaine de parties. » Ainsi, pour celle qui a travaillé à transformer cette initiative populaire de petite envergure en un programme connu à l’échelle nationale, ça vaut la peine de donner une seconde vie à ses balles.

 

La Banque Nationale : la courroie de transmission

Si les clubs sont prêts à déployer des efforts pour encourager leurs membres à donner une seconde vie à leurs balles inutilisables, il fallait mettre en place un système efficace et simple pour que soient récupérées les balles auprès des clubs.

Ainsi, la Banque Nationale fournit les bornes de récupération aux 18 clubs de tennis québécois et aux 17 clubs ontariens, et se charge de la logistique de répartition dans les 249 écoles qu’elle dessert.

 

Qu’est-ce que le Défi sans bruit?

Par l’entremise du programme, la Banque s’allie aux communautés pour récupérer des balles de tennis usagées et les redistribuer dans les écoles primaires, où elles sont installées aux pattes des chaises afin de réduire le niveau de bruit en classe et ainsi favoriser un climat d’apprentissage adéquat.

 

Présent au Québec et en Ontario
À ce jour, le Défi sans bruit a permis de distribuer quelque 1 060 000 balles de tennis usagées dans quelque 249 écoles du Québec et de l’Ontario. Les spectateurs des tournois commandités par la Banque peuvent également déposer leurs balles usagées dans les contenants prévus à cet effet sur leur site.

 

Liens
En savoir plus sur le programme Défi sans bruit
En savoir plus sur les tournois commandités par la Banque Nationale

 

Lire toutes les nouvelles

Sur le même thème